Harry Potter: Tome 1 – J. K. Rowling

harry-potter-sorcerers-stone-new-uk-childrens

Et oui, l’INCONTOURNABLE saga est chroniquée sur ce blog mais… MAIS TU NE L’AVAIS TOUJOURS PAS LU ?
Oui et non.
NON je ne l’avais jamais lu (du moins seulement le premier tome en Français), et OUI, j’ai honte!
Mais je sais très bien que je ne suis pas la seule dans ce cas-là. 😉

Je suis donc passée des personnes n’ayant jamais lu Harry Potter à la catégorie de ceux qui essayent le sort « Wingardium Leviosa » sur leur feuille de cours en classe ! 😇

Edition: Bloomsburry Childrens 
(Je l’ai en Paperback: en couverture souple)

Publication: 1er Septembre 2014

Nombre de pages: 352

Prix: 6£99 (7,55€)

Thèmes: Aventure, Magie, Amitié, Fiction, Action

« Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, une école de sorcellerie ! Voler en balai, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry se révèle un sorcier doué. Mais quel est le mystère qui l’entoure ? Et qui est l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom ? »

Avant toute chose, je tiens à donner une sorte de petite anecdote: Nous avons tous la fâcheuse tendance à appeler la maman de Harry Potter: J. K. Rowling.
Mais si on m’avait demandée quelques jours auparavant quel était son VRAI nom… Je n’aurai pas su !
Et vous ?
Si vous êtes dans le même cas que je l’étais, alors tenez, c’est cadeau:
Joanne Kathleen Rowling
(anecdote à sortir dans un petit repas de livrophage 😉)

Image002

Passons maintenant au but du sujet: LA CHRONIQUE !
Pour ce qui est de l’histoire, tout est présent pour nous faire rêver. Que l’on soit petit ou grand, la magie fait son effet !

Les incontournables personnages d’Harry, Hermione et Ron qui ont chacun leurs propres « problèmes » forment un trio du tonnerre !
Mais certes, si ces 3 jeunes gens sont très importants il ne faut en aucun cas oublier les personnages secondaires qui sont tout simplement… magiques ! #TeamMolly&Hagrid
C’est tout un monde parallèle qu’il y a écrit sur ces pages. Tiré entre l’univers des « Moldus » (des mortels, c’est à dire nous, enfin… vous) et de l’univers fantastique, ce roman nous permet de passer de l’un à l’autre avec une facilité déconcertante

Il est bien connu, et même si vous ne l’avez jamais lu, que Madame J. K. Rowling a su créer une autre planète. Une planète parallèle à la nôtre. Avec sa propre histoire. Sa propre mythologie. Et qui regorge de secrets, bons comme mauvais.

Maintenant j’aimerai en venir au sujet de la Version Originale:
J’ai, personnellement, un niveau d’Anglais qui tourne au tour du B2-C1, donc je m’en sors plutôt pas mal.
J’avais décidé de me procurer les livres d’Harry Potter en Anglais car il faut le savoir le niveau de langue s’accentue de tome en tome (du moins c’est ce que raconte la légende).

De plus, le premier tome est destiné à des enfants: les tournures de phrase sont très faciles.
La seule difficulté qui n’en est pas réellement une: certains noms ne sont pas identiques en Fr/Ang.

 petit aide:

Poudlard= Hogwarts  /   Serpentard= Slytherin     /   Pouffsouffle: Hufflepuff  /  
Griffondor= Gryffindor   /   Serdaigle= Ravenclaw  /   Moldu= Muggle   /
Professeur Rogue= Professor Snape   /   ….
                                        (Ceux-là étant pour moi les plus importants)

Je vous conseil réellement de les lire en Anglais car on peut VRAIMENT retrouver le génie de la plume de Madame Rowling. Un génie qui n’est pas négligeable !
Vous vous retrouverez à avoir des petits rires car même si vous n’êtes pas bilingues, vous comprendrez très bien les jeux de mots (du moins une bonne partie)
De plus et ce qui est pour moi le principal, comme j’ai dit précédemment: la difficulté de la langue s’accentue de tome en tome. 
Donc vous vous amusez, vous voyagez, vous combattez, vous aimez, tout ça en vous améliorant en anglais… Que demander de plus ?

En Conclusion, je ne peux que vous conseiller de lire Harry Potter, au moins le Premier tome, si ce n’est pas déjà fait ! Laissez-vous emporter par ces récits et voyagez, voyagez, voyagez…
Cela vous parait trop jeunesse ? On en reparlera quand vous aurez lu les 2 prochains tomes 😉
Qui plus est, si vous le pouvez: Lisez-le en Anglais !
N’ayez pas peur, vraiment

 

LECTURE MAGIQUE ! (petit jeu de mot 🔮)
(5/5)

Publicités

La Gloire de mon Père – Marcel Pagnol

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je voyais sa tristesse, je voyais le mal que je lui faisais.
Je le remplissais le plus possible et le vidais aussi tôt.
Il maigrissait un peu plus chaque mois… 
mon porte-monnaie ne supportait plus ces achats compulsifs !

Et puis un jour j’y suis retournée. Elle m’a accueillie à bras ouverts.
Je suis tombée sous son charme: tous ces choix, toute cette diversité, toutes ces activités proposées, toute cette culture partagée…
Ma Bibliothèque m’avait manquée !

 J’ai toujours aimé les écrits de Pagnol. Les films ont bercé mon enfance; et plus particulièrement « La Gloire de mon Père ». 
Comment ne pas aimer ces accents chantants du Sud et ces paysages gorgés de soleil ?

Alors, quand j’ai vu que la Bibliothèque de ma ville nous mettait à disposition cette histoire sous format BD: Je n’ai put résister !
Mais comment est-elle au final ?

 

Edition: Bamboo Eds, Collection Grand Angle

Publication en France: 04 Novembre 2015

Nombre de pages: 85

Prix: 18,90 €

(Scénaristes: Serge SCOTTO, Eric STOFFEL
 Dessinateur: Morgann TANCO)
 

Thèmes: Souvenirs d’enfance, Provence, Autobiographie

« Les vacances d’été dans la garrigue sont une révélation pour le jeune Marcel Pagnol et son petit frère, qui tombent amoureux des collines, de sa végétation sauvage, de ses massifs de roche : Garlaban… Scènes truculentes de vie, humour et souvenirs nostalgiques, le sens inné de Pagnol de la mise en situation, son goût de la farce, émaillent ce récit chaleureux, dont le charme se partage entre les décors et la saveur ciselée des dialogues. »

 

Image002
Je dois avouer que le résumé officiel peut ne pas être très aguicheur… Du moins, il ne l’était pas pour moi !

Je ne suis pas une adepte de Bande-Dessinées mais je pense que cela est important de laisser ouvrir notre esprit et notre imagination à une autre forme de lecture.
Je connaissais déjà parfaitement l’histoire de « La Gloire de mon Père » donc côté intrigue: rien de nouveau sous le soleil.

Nous retrouvons donc le petit Marcel Pagnol accompagné de sa famille dans les terres noyées de bonne humeur.
J’avais peur que la sensation de chaleur, de baume au coeur ne se retranscrivent pas dans les dessins de ces planches; et bien au final comme vous pouvez le constater plus haut: Toutes les sensations étaient présentes !
J’ai énormément aimé le coup de crayon du dessinateur ainsi que le choix des couleurs qui représentent parfaitement notre belle Provence forte en caractère.

Je ne suis pas une professionnelle pour ce qui est de parler BD mais je trouve personnellement qu’il est important que les caractéristiques physiques des personnages soient plaisantes. Et c’était totalement le cas ! 

Pour ce qui est de l’histoire, vous pouvez la retrouver en roman ainsi qu’en film sachant que « La Gloire de mon Père » n’est que le 1er sur 4 tomes
Certes ces écrits ne datent pas d’hier mais sincèrement: c’est INTEMPOREL !

En conclusion, oui, cette chronique est très brève mais je ne sais pas vraiment comment résumé cette histoire qui a bercé mon enfance
Je vous conseil réellement cette oeuvre sous toutes ses formes qui sont très accessibles, légères, et immersives.
J’espère que vous tomberez sous le charme, comme je le suis et cela depuis toujours !

EXCELLENTE LECTURE
(4,5/5)

L’infini + un – Amy Harmon

51nphzl6owl-_sx311_bo1204203200_
Après plusieurs semaines, l’article sur « L’Infini+un » de Amy Harmon est enfin disponible !

Pourquoi tant de retard ? Un petit bugg de wordpress. Ou une mauvaise manipulation de ma part.. BREF! Ca me mettait en rogne de ne pas savoir résoudre ce problème et m’enlevait donc la motivation d’écrire mon article. (Comme quoi il m’en faut peu aha)

Pour en venir au vif du sujet, ce pauvre petit prenait la poussière dans ma bibliothèque depuis un bon petit moment. Je l’ai sorti un jour; puis vite remis à sa place car je n’avais pas la tête à lire des histoires de ce « genre ». Quelques mois après, motivée par la beauté de sa couverture (Matérialiste bonjoooouur!) et l’épaisseur de ses pages associé à ma honte d’avoir laissé ce petit de côté: j’ai pris mon courage à deux mains et l’ai attaqué.

  Alors Molly, bonne ou mauvaise décision ?

 

Edition: Robert Laffont, Collection R

Publication en France: 16 Septembre 2015

Nombre de Pages: 421

Prix: 17,90 €

Thèmes: Road Trip, Romance Contemporaine, Musique, Mathématiques

« Bonnie Rae Shelby, superstar mondiale, a tout pour elle : l’argent, la beauté, la gloire et…  beaucoup trop de choses à encaisser.
Finn Clyde, lui, n’est rien et ne possède rien, à part son intelligence et son cynisme à toute épreuve.
Une rencontre inattendue et quelques coïncidences plus loin: les voilà engagés dans un périple qui pourrait les transformer aussi bien que les anéantir. »

 

Image002
Oooouu
mais quel résumé aguicheur ! Outre le fait que beaucoup attendaient sa sortie et que je le retrouvais a peu près partout sur les réseaux sociaux, c’est clairement CETTE intrigue qui m’a… intriguée.

–> Elle a tout, lui n’a rien et le tout mixé dans une ambiance de Bonnie & Clyde (No spoil: ceci est annoncé sur le résumé original). 

  Je n’ai jamais lu de Road Trip et j’appréhendais assez car ce n’est réellement pas un style qui me met à l’aise (l’idée de bouger constamment et d’être souvent confiné dans un espace restreint, ici la voiture), mais bon il ne faut pas dire « Fontaine je ne boirais jamais de ton eau » !
Alors je m’y suis attaquée. Je m’étais arrêtée à peine à 50 pages lors de ma première lecture car je n’accrochais ni à l’écriture, ni aux personnages, ni au début de l’histoire.

MAIS je l’ai repris, avec un arrière goût amer… Mais dès la barre des 50 pages dépassées: Tout roule! Tout est installé, moins confus, plus claire et on se laisse alors embarquer dans une histoire qui est en réalité tout à fait sympathique (en général).

Pour schématiser: Divisons le Roman en 3 parties.

  ° La 1ere est assez longue, l’intrigue se met en place, on découvre les personnages qui sont pour moi, caricaturééééééés ! Mais bon sincèrement, les Romances sans caricatures sont rares de nos jours… Donc sur ce point là: ça passe. Mais ATTENTION quand même hein !
Le début est principalement centré sur Bonnie Rae Shelby, qui est un personnage… intéressant et que j’ai très souvent eu envie de la TARTER (😇) pendant le Roman ne comprenant pas réellement toutes ses réactions.

  °La 2nde partie, c’est à dire toute la partie du milieu du Roman: De la BOMBE ! (tant pis pour le vocabulaire Littéraire)
J’ai adoré cette partie là ! Péripéties, déplacements, rires, larmes,.. Quel cocktail
Avec des références sur Bonnie & Clyde, des révélations, la découverte de nos personnages en profondeur, une Romance bien traitée. 

  °Quant à la 3eme partie… Non, non et non. Chute fatale. J’ai eu l’impression d’avoir débrayé d’un seul coup de la 5eme à la 1ere (c’est pas parce que je suis une fille que je n’ai pas le droit de parler de voiture 😉). Je n’ai pas du tout accroché à toute cette partie-la, à cette fin et « pré-fin« . Des passages beaucoup trop prévisibles, des personnages comme Finn que j’appréciais assez qui me sont devenus presque LOURDS

 

  En Conclusion, lecture vraiment mitigée car je n’ai finalement été vraiment à fond qu’1 partie sur 3 du livre. Il y a quelques « coincidences » qui ne sont pas plausibles, à mon goût. Il y a pas mal de longueurs.
L’aspect Romance est tout de même assez bien traitée avec une écriture que j’ai beaucoup apprécié, car elle permet une immersion plus facile. Et la présence de « Bonnie & Clyde » est sympathique même si pas forcément indispensable à certains moments.

 Une Bonnie Rae Shelby assez demandeuse de liberté tout en ayant tout le temps besoin d’être dépendante de quelqu’un ou de quelque chose. Un Finn sombre, intelligent, dont la description physique du livre ne me convient pas personnellement (pour moi, il est Brun, point final.) et qui bien sur est rongé par son passé. Et des personnages secondaires assez sympathiques qui ont chacun leurs petites histoires et qui permet d’enrichir cette Romance.

LECTURE AGRÉABLE
(3,5/5)

Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand

41j9z62bjifl-_sx301_bo1204203200_

🇧🇪 Pray for Brussels 🇧🇪

Suite à une jolie baisse de motivation côté lecture (et même côté étude!) je me suis penchée sur ce tout petit livre. J’y avais vu et entendu de bons avis grâce à Booktube donc quand je l’ai vu à Emmaüs (ne changeons pas les habitudes) j’ai voulu lui donner sa chance. 

Je dois avouer que son titre assimilé à sa couverture me donnait l’impression d’une oeuvre assez… mélancolique, triste. Et m’attendait donc, influencée par son nombre de pages, à une oeuvre assez courte et plate.

Mais en était-ce le cas ?

 

Edition: Pocket

Publication en France: 5 Juin 2014

Nombre de Pages: 187

Prix: 6,20€

Thèmes: Deuil, Contemporain, Reconstruction, Irlande

« Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se brise en elle. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. Afin d’échapper à son entourage qui l’enjoint à reprendre pied, elle décide de s’exiler en Irlande, seule. Mais, à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper… »

 

Image002
Outre
les avis que j’avais put entendre par rapport à ce livre, c’est également le lieu où se déroule la plus grosse partie de l’histoire qui m’avait fortement intriguée: l’Irlande ! J’ADORE le Royaume-Uni et l’Irlande (Oui car les personnages nous font bien comprendre qu’ils se trouvent dans le Sud de l’Irlande car ils ne veulent surtout pas qu’on les nomme « Anglais« … A par si vous voulez finir en chaire à saucisse) ! Le temps, l’atmosphere, les paysages, et cetera… +1 rien que pour ça !

Nous suivons donc Diane, jeune femme veuve et qui est lovée au creux de sa dépression suite aux décès prématurés de sa fille et de son mari. Nous la retrouvons 1an après ce drame: en pyjama, fumant cigarette sur cigarette, avec une hygiène de vide pitoyable dans son appartement à Paris.

Diane a un problème. Ce dernier étant qu’elle ne peut se résoudre à effacer les traces de ses êtres aimés. Elle vit dans le passé, et celui-ci la ronge, la détruit.

Nous retrouvons également Félix qui est un jeune homme mignon, craquant, loyal, charmant, drôle, fêtard, et… gay (à mon plus grand désarroi). Il est le bras droit de Diane et essaye de l’aider à reprendre goût à la vie. Il est l’un des personnages que j’ai le plus aimé grâce à son excentricité et son côté assez « pile électrique« . Un petit sourire en coin se présentait dès que Félix pointait le bout de son nez.

Mais avec sa fausse motivation à vouloir changer suite aux requêtes de son meilleur-ami et de ses parents, Diane prend son courage à deux mains et part dans le village le isolé qu’elle ai put trouver, en Irlande.

On y retrouve donc les temps pluvieux, les chopes de bière, les rustres mais gentils Irlandais, et également: un voisin assez spécial, avec un caractère de chien et assez lunatique, nommé: Edward. (Etant une fan inconditionnelle des Twilight, mon bonheur était à son paroxysme! :D) 

J’ai beaucoup aimé le personnage de Diane car elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, elle vit dans un contexte assez littéraire et est assez « imprévisible« . Mais les côtés obscurs de Edward et Diane, sont à mon goût un peu trop « cliché« , ce serait l’un des rares points négatifs que j’ai put y trouver.

Les autres personnages, étant secondaires sont tout de même plutôt pas mal, SAUF UN, ou plutôt une, qui se trouve vers la fin. Je la trouve inappropriée, ne collant pas au thème du livre.

D’ailleurs pour ce qui est de la fin… ON EN PARLE ?! Ce n’est pas que je n’ai pas aimé mais comme il ne s’agit pas ici d’une Série (du moins je pense ^^) et bien je trouve la fin assez mal jouée et bien trop rapide et survolée. Si vous l’avez lu dîtes m’en votre point de vue, parce que là je reste choquée.

 

En conclusion, suite à son nombre de pages j’ai put lire ce petit livre en une soirée. Ce qui est un point positif mais également négatif dans ce cas-là car, pour moi, la fin est bien trop survolée. J’ai adoré suivre Diane en Irlande, la voir remonter comme redescendre la pente, la voir confronter un sanguinaire voisin, mais… cette fin ! Je n’adhere pas. 

C’est un livre simple où les personnages sont forts sympathiques mais également forts détestables; où les pages se tournent très vite; et où l’on arrive vite à s’immerger dans l’histoire.

TRES BONNE LECTURE
(4/5)

 

Je m’appelle Budo – Matthew Dicks

couvjemappellebudo-660x1024-1

Et oui! Encore un petit bouquin provenant d’Emmaüs. A vrai dire je l’ai trouvé au dernier moment tout en bas d’une étagère, caché derrière le bureau du vendeur. Je n’ai put m’empêcher de crier tellement j’étais heureuse ! 

J’avais découvert ce livre via une vidéo d’une Booktubeuse que j’apprécie (beaucoup) beaucoup: Malorieduns Books. Je vous conseille fortement d’aller regarder ses vidéos si vous ne la connaissez pas déjà.

Bref, je l’ai vu, je l’ai touché, je l’ai adopté, mais est-ce qu’au final je l’ai aimé ?

 

Edition: Flammarion

Collection: Grand format jeunesse

Publication en France: Septembre 2013

Nombre de pages: 429

Prix: 15€

Thèmes: Ami imaginaire, Young Adult, Autisme, Enlèvement

« Budo est l’ami imaginaire de Max, un garçon atteint d’une forme d’autisme. Chaque jour, Budo veille sur lui et l’aide à surmonter ses difficultés. Mais un jour, Max se fait enlever…Budo pourra-t-il le sauver ? »

 

Image002
En tout premier
, je dois avouer que le monde imaginaire que nous promettait Je m’appelle Budo m’avait fortement intrigué. Mais également le fait que l’on puisse, grâce au point de vue de Budo, comprendre (du moins essayer) ces enfants atteints d’autisme. J
e pense que c’est ce qui m’a le plus intriguée dans ce livre

Nous retrouvons donc Budo et Max: l’équipe de choc

Budo a besoin de Max pour continuer à vivre et Max a besoin de Budo pour vivre; car même si cela n’est pas clairement écrit noir sur blanc, on comprend très vite par les points de vue des autres personnages qu’il grandit avec le syndrome d’asperger en lui.

Mais un jour Max disparaît; et malgré le fait que seul son créateur et les autres amis imaginaires puissent le voir: Budo part à l’aventure pour délivrer son meilleur ami.

Donc comme je l’ai dit précédemment, Max suite à sa maladie n’arrive pas à vivre en société. Il est l’un de mes personnages favoris de cette oeuvre car… car c’est un petit garçon vraiment courageux et que grâce à lui on peut se rendre compte, ne serait-ce qu’un petit peu, de la difficulté qu’ont toutes ces personnes atteintes d’autisme à vivre en société ou, à vivre tout simplement.

J’ai par contre un peu moins accroché avec Budo, tiraillé entre l’égoïsme et l’envie d’aider son ami. Je l’ai trouvé « trop réel » à mon goût. Comme si les défauts des êtres humains lui avaient déteints dessus. Mais je pense que la chose qui m’a le plus dérangée est en fait l’enveloppe corporelle qu’a donné l’auteur à son personnage

Budo, nous sommes d’accord pour dire que ce nom donne l’impression d’un personnage tout doux, tout gros, tout mignon. Un personnage comme un nounours en guimauve sur un lit de nuage, non ? Et bien… pas du tout. Il est comme vous et moi. Et ça, même si ce n’est qu’un détail, ça m’a dérangée tout le long du roman.

Suite à son aventure il rencontrera beaucoup de personnes, réelles ou pas. Mais 2 personnages m’ont énormément marqués, positivement: Les parents de Max

C’est bien beau de voir le côté imaginaire, le monde que se crée l’enfant, mais ces parents sont là pour nous rappeler que c’est dur de s’occuper, de comprendre ou du moins d’accepter que notre enfant n’est pas comme tous les autres. Qu’il est « différent« , qu’il vit dans un monde qu’il ne veut pas partager et dont les frontières sont trop hautes pour n’y mettre ne serait-ce qu’un orteil.

 

En conclusion, le côté ami imaginaire n’était pas vraiment la trame principale de ce roman malgré ce que le titre et le résumé nous laissent penser. Le kidnapping ne l’est pas non plus. Tout ça n’est en fait, selon moi, que le « background« . Le point principal, assez bien traité, est en réalité comment (sur)vie dans notre société l’enfant atteint d’autisme et comment ses parents arrivent à s’en sortir tout en restant soudés.

C’est un livre dont les chapitres sont assez courts, dont les pages se tournent très vites et dont l’écriture est très (très) accessible sans être non plus dans la « lecture pour enfant ».

 

TRES BONNE LECTURE
(4,25/5)

Complètement cramé ! – Gilles Legardinier

51wmchbodtl-_sx303_bo1204203200_Faisant des semaines que j’harcelais mon papa pour allé faire un tour au Emmaüs à côté de ma ville (parce que je n’y étais jamais allée): Il céda enfin ! YOUPI !
Perplexe face à toutes ces étagères remplies de livres, je ne savais pas vraiment par où commencer.. Et puis je vis le dos d’un livre de poche vert.
Intriguée, je l’ai prit et qu’elle fut ma joie quand j’ai constaté qu’il s’agissait d’une oeuvre de Gilles Legardinier !!

Cela faisait tellement longtemps que je voulais lire ses écrits !

Bref, ma joie était à son comble ! 😀

 

Edition: Pocket

Publication en France: 13 Mars 2014

Nombre de pages: 410

Prix: 7,70 €

(Cet ouvrage a reçu le prix confidentielles.com)

Thèmes: Humour, Changement de vie, Amour, Majordome, Chick Lit, Entraide

« Arrivé à un âge où presque tous ceux qu’il aimait sont loin ou disparus, Andrew Blake n’a même plus le cœur à orchestrer ses blagues légendaires avec son vieux complice, Richard. Sur un coup de tête, il décide de quitter la direction de sa petite entreprise anglaise pour se faire engager comme majordome en France, pays où il avait rencontré sa femme. Là-bas, personne ne sait qui il est vraiment, et cela lui va très bien. Mais en débarquant au domaine de Beauvillier, rien ne se passe comme prévu… Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges attitudes; Odile, la cuisinière et son caractère aussi explosif que ses petits secrets ; Manon, jeune femme de ménage perdue dans sa vie ; Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, et même l’impressionnant chat Méphisto, Andrew ne va plus avoir le choix. 

Lui qui croyait sa vie derrière lui va être obligé de tout recommencer… »

 

Image002
Complètement cramé !
est un roman où l’on rencontre Andrew Blake, âgé (dans la soixantaine), veuf, et qui n’est animé par plus aucune passion, plus aucune envie.

Et je dois avouer que j’ai été sceptique au commencement vis à vis de ce coup de tête de partir en France pour « devenir » majordome. Mais en fait… Tout a super bien collé !

J’ai adoré le personnage de Blake qui est un homme malgré son âge tellement jeune, funky, drôle, et même déjanté par certains moments. Mais à côté de cette personnalité pétillante, Andrew est également un grand philosophe de la vie, parlant « comme dans les livres », ils nous ouvre les yeux sur de belles et simples choses. Il m’a même donnée des conseils sur la compréhension des hommes: MERCI BLAKE !

Mais outre cet adorable personnage principal, qu’en est-il des autres ? des décors ? des actions ?

J’ai trouvé que l’intrigue était menée à merveille.

C’est rare, mais j’ai pris le temps de lire cette ouvrage. C’est à dire que je le savourerai suite à la magnifique histoire qu’il créait dans ma tête. Je me laissais voguer au gré des pages et qu’est-ce que cela fait du bien ! Une vraie bouffée d’air frais !

Le cadre est magnifique, les scènes très bien décrites.
Les personnages secondaires qui quand même pourraient passer au stade de personnages principaux m’ont tout simplement rendue… Vous savez, cette sensation comme si on se connaissait eux et moi, comme si j’étais également une employée du manoir.

Chacun avec leur propre passé (souvent très intéressant), leur propre caractère, leur propre façon de penser: on ne peut que les aimer car il y en a pour tous les goûts !

Pour conclure, je ne peux être qu’heureuse d’écrire mon tout premier article sur Complètement cramé ! qui est la première oeuvre que je lis de Gilles Legardinier.

C’est frais, ça a du pep’s, on ne s’ennuie pas, on en voit de toutes les couleurs, l’humour français contre l’humour anglais est un combo du tonnerre, les personnages sont supers, et le grain de folie fait son petit plus !

EXCELLENTE LECTURE
(4,75/5)