Le livre perdu des sortilèges -Deborah Harkness

9782360510337Dans un manque d’inspiration pour trouver la lecture qui me plongerait dans l’ambiance d’Halloween, je visionnai une vidéo de Perseneige, et là, le déclic:
Il fallait que je me procure Le livre perdu des sortilèges !

Édition: Le livre de poche 

Publication: 4 Mai 2011

Nombre de pages: 831

Prix: 9,31 €

Thèmes: Sorcellerie, Créatures, Fantastique, Romance

« Diana Bishop est la dernière d’une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782.
Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous – démons, sorcières et vampires – le convoitent ardemment.
Diana se retrouvera au cœur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible. »

Image002

Vous cherchez une lecture pour Halloween ? Alors, bienvenue.

Disons-le clairement, pas tout le monde arrive à « manger » un petit pavé de plus de 830 pages d’un coup. Et bien moi, sans me vanter, je l’ai fait !
4 jours après l’avoir acheté, j’étais dans mon lit, entrain de tourner la dernière page, et d’élaborer un plan pour aller le plus vite possible chez mon libraire, me proccurer le second tome.
Et tout ça dut au talent de Deborah Harkness.

Il y quand même un point négatif:
(Personne n’est pas parfait)

L’aspect romance ne m’a pas des plus emballée  à cause (même si cela fait son charme) d’un charmant mâle BIEN TROP protecteur avec sa dulcinée; 
ce style d’homme qui à partir du moment où vous lui avez tapé dans l’oeuil: réduit votre liberté à néant.
Et ça, pour moi, ça ne passe pas !

Quels sont les points positifs alors ?

-Nous sommes plongés dans une ambiance assez Littéraire car la principale action  (ou presque) tourne autour d’un manuscrit, accompagnée d’une protagoniste qui passe sa vie à la Bibliothèque (du moins, dans la première partie).

-Les actions s’enchaînent assez bien, ce qui nous permet de rester éveillés et captivés tout le long du roman.

-Des personnages très sympatiques, et qui sont tous forgés d’une histoire très intéressante.

-Une fin digne de ce nom ! Enfin !

-Et en vient le moment crucial où je vous parle DU TRUC qui m’a rendue accroc à ce livre:

L’ASPECT HISTORIQUE !!

Ce roman regorge de faits historiques, qui cré un effet de réel impressionant, et rend ses créatures encore plus vivantes !
L’auteur a réussi à mélanger tous ces innombrables faits du passé, avec sa fiction, ce qui nous amène parfois à nous poser des questions tel que:
« Et si l’Alchimie existait réellement ? Et si les vampires n’étaient pas un mythe ? Et si… j’étais une sorcière ? »

(Mon rêve de petite fille s’est réveillé hihihi)

Conclusion, un livre fantastique que je conseil à 100%, malgré une romance qui m’a plus énervée qu’autre chose.
Mais si vous êtes comme moi, c’est-à-dire, très curieuse par rapport à l’Histoire: foncez ! Je suis sure que vous allez apprécier.
Dernier point, n’ayez pas peur de son épaisseur: on s’y fait très vite.

EXCELLENTE LECTURE 
(4,5/5)

Publicités

Dieu me déteste – Hollis Seamon

9782264064202

Cela faisait très longtemps que je voulais lire ce livre ! A dire vrai j’essaye de diversifier un peu mes thèmes de lecture et j’ai donc voulu en essayer un traitant de la maladie..

 

Edition: 10/18

Publication: Mai 2015 

Nombre de pages: 235

Prix: 7,10 €

Thèmes: Maladie, Hôpital, Humour, Cancer, Combat, Amitié

« New York, hôpital Hilltop. Richard sait qu’il ne fêtera pas ses dix-neuf ans, mais il a une furieuse envie de vivre ! Et d’embrasser Sylvie, la jolie fille de la 302… Contre la montre, le corps médical et sa famille toquée, ce Roméo casse-cou décide donc de flamber ses derniers rêves. Ode explosive à l’adolescence et à l’amour, défiant la maladie et ses clichés, ce roman bouleversant offre une leçon d’humour ravageuse et une extraordinaire leçon de vie.

 

Image002

Le personnage de Richard, qui est notre personnage principal, est un adolescent et a donc malgré sa maladie: les hormones en fusions ! Il veut vivre sa vie comme toutes les personnes de son âge et profiter du temps qu’il lui reste.
On suivra son évolution à travers le livre, écrit comme un journal intime.
On lira donc ses façons de penser, l’évolution de sa maladie avec les conséquences sur son corps et son état d’esprit mais également sur les personnes qui l’entoure.

Commençons par les Points Positifs :

   -Nous sommes face à une lecture très fluide, une plume très agréable à lire qui nous fait un véritable effet de « page turning« .
-L’effet de réalisme avec une description des soins palliatifs est très bien traitée et décrite. Mais également avec le fait que l’auteur nous confronte au cancer, à ses conséquences et ses symptômes; sans pouvoir rien faire: l’effet de réel s’accentue.
-Les sentiments que vous fait ressentir l’auteur, qui changent très rapidement dans des sens opposés tel des montagnes russes ! Un véritable manège à sensation.
-N’ayant jamais lu de livre sur le thème de la maladie, je trouve que côté idées: l’auteur a sut me surprendre.
-Les témoignages fictifs avec le point de vue des familles qui ont un proche dans ces soins (enfants, soeurs, mères).

Et les personnages ?

Pour ce qui est des personnages Secondaires, ils sont tous réellement intéressants; que ce soit sa famille, ses voisins de chambre, les infirmiers. Tous ont une histoire assez fournie et intéressante; ce qui crée un « background » vraiment riche !
Vous y trouverez vos personnages préférés, ceux qui nous touchent, ceux qui nous énervent et ceux qui nous énervent REELLEMENT !
Cette diversité de personnages permet donc de rendre le roman plus « attractif ».
Mais même si ça fait pas mal de personnage et que l’on a peur de s’y perdre, ils ont quand même tous un point commun: l’Hôpital.

Mais y a-t-il des Points Négatifs ?

   –LA FIN ! Je suis très pointue sur les fins car c’est vraiment très important pour moi! 
La fin est le dernier acte d’une oeuvre: il se doit d’être « parfait » !
La fin est assez courte et ne m’a pas plue; l’action final de l’auteur m’a laissée assez perplexe.

En conclusion: nous ne pouvons que sentir qu’il y a du vécu derrière ce livre; l’auteur sait de quoi elle parle.
On sent cet effet de réel, qui par certains moment m’a serré le coeur tel un citron pressé.
De plus, l’auteur a une plume très agréable qui permet une lecture très fluide et plaisante avec un personnage principal très haut en couleur, malgré le fait que je n’ai pas réussi à comprendre le choix de sa fin.
Cependant outre ce petit bémol: je vous conseil cette lecture, qui a été dans mon cas poignante.

TRES BONNE LECTURE
(4/5)

L’infini + un – Amy Harmon

51nphzl6owl-_sx311_bo1204203200_
Après plusieurs semaines, l’article sur « L’Infini+un » de Amy Harmon est enfin disponible !

Pourquoi tant de retard ? Un petit bugg de wordpress. Ou une mauvaise manipulation de ma part.. BREF! Ca me mettait en rogne de ne pas savoir résoudre ce problème et m’enlevait donc la motivation d’écrire mon article. (Comme quoi il m’en faut peu aha)

Pour en venir au vif du sujet, ce pauvre petit prenait la poussière dans ma bibliothèque depuis un bon petit moment. Je l’ai sorti un jour; puis vite remis à sa place car je n’avais pas la tête à lire des histoires de ce « genre ». Quelques mois après, motivée par la beauté de sa couverture (Matérialiste bonjoooouur!) et l’épaisseur de ses pages associé à ma honte d’avoir laissé ce petit de côté: j’ai pris mon courage à deux mains et l’ai attaqué.

  Alors Molly, bonne ou mauvaise décision ?

 

Edition: Robert Laffont, Collection R

Publication en France: 16 Septembre 2015

Nombre de Pages: 421

Prix: 17,90 €

Thèmes: Road Trip, Romance Contemporaine, Musique, Mathématiques

« Bonnie Rae Shelby, superstar mondiale, a tout pour elle : l’argent, la beauté, la gloire et…  beaucoup trop de choses à encaisser.
Finn Clyde, lui, n’est rien et ne possède rien, à part son intelligence et son cynisme à toute épreuve.
Une rencontre inattendue et quelques coïncidences plus loin: les voilà engagés dans un périple qui pourrait les transformer aussi bien que les anéantir. »

 

Image002
Oooouu
mais quel résumé aguicheur ! Outre le fait que beaucoup attendaient sa sortie et que je le retrouvais a peu près partout sur les réseaux sociaux, c’est clairement CETTE intrigue qui m’a… intriguée.

–> Elle a tout, lui n’a rien et le tout mixé dans une ambiance de Bonnie & Clyde (No spoil: ceci est annoncé sur le résumé original). 

  Je n’ai jamais lu de Road Trip et j’appréhendais assez car ce n’est réellement pas un style qui me met à l’aise (l’idée de bouger constamment et d’être souvent confiné dans un espace restreint, ici la voiture), mais bon il ne faut pas dire « Fontaine je ne boirais jamais de ton eau » !
Alors je m’y suis attaquée. Je m’étais arrêtée à peine à 50 pages lors de ma première lecture car je n’accrochais ni à l’écriture, ni aux personnages, ni au début de l’histoire.

MAIS je l’ai repris, avec un arrière goût amer… Mais dès la barre des 50 pages dépassées: Tout roule! Tout est installé, moins confus, plus claire et on se laisse alors embarquer dans une histoire qui est en réalité tout à fait sympathique (en général).

Pour schématiser: Divisons le Roman en 3 parties.

  ° La 1ere est assez longue, l’intrigue se met en place, on découvre les personnages qui sont pour moi, caricaturééééééés ! Mais bon sincèrement, les Romances sans caricatures sont rares de nos jours… Donc sur ce point là: ça passe. Mais ATTENTION quand même hein !
Le début est principalement centré sur Bonnie Rae Shelby, qui est un personnage… intéressant et que j’ai très souvent eu envie de la TARTER (😇) pendant le Roman ne comprenant pas réellement toutes ses réactions.

  °La 2nde partie, c’est à dire toute la partie du milieu du Roman: De la BOMBE ! (tant pis pour le vocabulaire Littéraire)
J’ai adoré cette partie là ! Péripéties, déplacements, rires, larmes,.. Quel cocktail
Avec des références sur Bonnie & Clyde, des révélations, la découverte de nos personnages en profondeur, une Romance bien traitée. 

  °Quant à la 3eme partie… Non, non et non. Chute fatale. J’ai eu l’impression d’avoir débrayé d’un seul coup de la 5eme à la 1ere (c’est pas parce que je suis une fille que je n’ai pas le droit de parler de voiture 😉). Je n’ai pas du tout accroché à toute cette partie-la, à cette fin et « pré-fin« . Des passages beaucoup trop prévisibles, des personnages comme Finn que j’appréciais assez qui me sont devenus presque LOURDS

 

  En Conclusion, lecture vraiment mitigée car je n’ai finalement été vraiment à fond qu’1 partie sur 3 du livre. Il y a quelques « coincidences » qui ne sont pas plausibles, à mon goût. Il y a pas mal de longueurs.
L’aspect Romance est tout de même assez bien traitée avec une écriture que j’ai beaucoup apprécié, car elle permet une immersion plus facile. Et la présence de « Bonnie & Clyde » est sympathique même si pas forcément indispensable à certains moments.

 Une Bonnie Rae Shelby assez demandeuse de liberté tout en ayant tout le temps besoin d’être dépendante de quelqu’un ou de quelque chose. Un Finn sombre, intelligent, dont la description physique du livre ne me convient pas personnellement (pour moi, il est Brun, point final.) et qui bien sur est rongé par son passé. Et des personnages secondaires assez sympathiques qui ont chacun leurs petites histoires et qui permet d’enrichir cette Romance.

LECTURE AGRÉABLE
(3,5/5)

Je m’appelle Budo – Matthew Dicks

couvjemappellebudo-660x1024-1

Et oui! Encore un petit bouquin provenant d’Emmaüs. A vrai dire je l’ai trouvé au dernier moment tout en bas d’une étagère, caché derrière le bureau du vendeur. Je n’ai put m’empêcher de crier tellement j’étais heureuse ! 

J’avais découvert ce livre via une vidéo d’une Booktubeuse que j’apprécie (beaucoup) beaucoup: Malorieduns Books. Je vous conseille fortement d’aller regarder ses vidéos si vous ne la connaissez pas déjà.

Bref, je l’ai vu, je l’ai touché, je l’ai adopté, mais est-ce qu’au final je l’ai aimé ?

 

Edition: Flammarion

Collection: Grand format jeunesse

Publication en France: Septembre 2013

Nombre de pages: 429

Prix: 15€

Thèmes: Ami imaginaire, Young Adult, Autisme, Enlèvement

« Budo est l’ami imaginaire de Max, un garçon atteint d’une forme d’autisme. Chaque jour, Budo veille sur lui et l’aide à surmonter ses difficultés. Mais un jour, Max se fait enlever…Budo pourra-t-il le sauver ? »

 

Image002
En tout premier
, je dois avouer que le monde imaginaire que nous promettait Je m’appelle Budo m’avait fortement intrigué. Mais également le fait que l’on puisse, grâce au point de vue de Budo, comprendre (du moins essayer) ces enfants atteints d’autisme. J
e pense que c’est ce qui m’a le plus intriguée dans ce livre

Nous retrouvons donc Budo et Max: l’équipe de choc

Budo a besoin de Max pour continuer à vivre et Max a besoin de Budo pour vivre; car même si cela n’est pas clairement écrit noir sur blanc, on comprend très vite par les points de vue des autres personnages qu’il grandit avec le syndrome d’asperger en lui.

Mais un jour Max disparaît; et malgré le fait que seul son créateur et les autres amis imaginaires puissent le voir: Budo part à l’aventure pour délivrer son meilleur ami.

Donc comme je l’ai dit précédemment, Max suite à sa maladie n’arrive pas à vivre en société. Il est l’un de mes personnages favoris de cette oeuvre car… car c’est un petit garçon vraiment courageux et que grâce à lui on peut se rendre compte, ne serait-ce qu’un petit peu, de la difficulté qu’ont toutes ces personnes atteintes d’autisme à vivre en société ou, à vivre tout simplement.

J’ai par contre un peu moins accroché avec Budo, tiraillé entre l’égoïsme et l’envie d’aider son ami. Je l’ai trouvé « trop réel » à mon goût. Comme si les défauts des êtres humains lui avaient déteints dessus. Mais je pense que la chose qui m’a le plus dérangée est en fait l’enveloppe corporelle qu’a donné l’auteur à son personnage

Budo, nous sommes d’accord pour dire que ce nom donne l’impression d’un personnage tout doux, tout gros, tout mignon. Un personnage comme un nounours en guimauve sur un lit de nuage, non ? Et bien… pas du tout. Il est comme vous et moi. Et ça, même si ce n’est qu’un détail, ça m’a dérangée tout le long du roman.

Suite à son aventure il rencontrera beaucoup de personnes, réelles ou pas. Mais 2 personnages m’ont énormément marqués, positivement: Les parents de Max

C’est bien beau de voir le côté imaginaire, le monde que se crée l’enfant, mais ces parents sont là pour nous rappeler que c’est dur de s’occuper, de comprendre ou du moins d’accepter que notre enfant n’est pas comme tous les autres. Qu’il est « différent« , qu’il vit dans un monde qu’il ne veut pas partager et dont les frontières sont trop hautes pour n’y mettre ne serait-ce qu’un orteil.

 

En conclusion, le côté ami imaginaire n’était pas vraiment la trame principale de ce roman malgré ce que le titre et le résumé nous laissent penser. Le kidnapping ne l’est pas non plus. Tout ça n’est en fait, selon moi, que le « background« . Le point principal, assez bien traité, est en réalité comment (sur)vie dans notre société l’enfant atteint d’autisme et comment ses parents arrivent à s’en sortir tout en restant soudés.

C’est un livre dont les chapitres sont assez courts, dont les pages se tournent très vites et dont l’écriture est très (très) accessible sans être non plus dans la « lecture pour enfant ».

 

TRES BONNE LECTURE
(4,25/5)